« Sprint » final pour le programme de formation Renault Trucks

07 AVRIL 2020

Face à un environnement incertain et très concurrentiel, développer l'agilité d’une organisation est aujourd’hui un facteur clé de performance. Dans cette perspective, Renault Trucks a souhaité mettre en place pour la deuxième année consécutive, un programme de formation sur-mesure à destination de ses équipes marketing. Point d’orgue de ce dispositif : le Design Sprint, qui s’est déroulé du 9 au 11 mars 2020 au makers’ lab sur le campus d’Ecully.

ESrv0J-WAAAP_UP

Inscrit dans le cadre d’un parcours de formation sur-mesure conçu avec et pour Renault Trucks, le Design Sprint suit une démarche de maker’s booster, permettant à une vingtaine de cadres de Renault Trucks de travailler à partir des méthodes agiles pour produire des solutions en réponse à des questions stratégiques concernant leur entreprise. 

« Ces trois jours sont le bouquet final du programme que nous avons proposé à Renault Trucks ; les participants expérimentent en un temps réduit ce qu’ils ont appris sur une période de six mois et contribuent au projet d’entreprise », indique Laurent Poiret, Client Project Manager, programmes de formation sur-mesure à emlyon business school.  

Insuffler la philosophie makers au cœur de l’entreprise

Quatre équipes de 20 participants ont ainsi eu l’occasion de découvrir la gestion de projets entrepreneuriaux par le design thinking. Accompagnés pendant trois jours par différents experts (développeurs web, UX designers, data scientists), ils ont pu tester leurs travaux auprès d’utilisateurs présents sur place. Des retours qui leur permettront d’améliorer leurs projets pour une mise en application au sein de Renault Trucks.

RT

Des sujets très concrets ont été abordés, dont une application permettant de personnaliser en 3D son camion, ou encore la mise en place d’un système pour améliorer l’offre des véhicules d’occasion à destination des clients.

Car aujourd’hui, l’innovation ne se cantonne plus au bureau d'étude, au service R&D et au marketing d’une entreprise. Le « mouvement des makers » a démontré que celle-ci prend vie aussi au cœur d’espaces créatifs et collaboratifs tels que le makers’ lab, où les technologies de fabrication numérique et l’émergence de l’impression 3D permettent de penser « out of the box ».

Casser les silos pour promouvoir l’intelligence collective

« Notre objectif était de mettre tous nos collaborateurs au même niveau en termes de compétences marketing afin qu’ils puissent parler le même langage », indique Valérie Reynaud, Directrice du développement des compétences et des talents chez Renault Trucks. Un besoin qui s’explique notamment par la grande diversité de profils au sein du Groupe provenant de formations diverses (écoles de commerce ou d’ingénieur, apprentissage sur le tas, etc.).

ESrv0KCXkAEFGUv

Parmi les autres objectifs recherchés : la volonté de favoriser le travail transversal en « desilotant » les services et de moderniser le marketing en s’appuyant davantage sur le digital. Aujourd’hui indispensable si l’on souhaite disposer d’une analyse étendue des interactions commerciales avec son cœur de cible. « Nous avions besoin de sortir de notre zone de confort », poursuit Valérie Reynaud, « et pour y arriver, les professeurs d’emlyon business school nous ont soutenus à chaque étape décisive. »

Un programme construit main dans la main

Dans une logique de co-construction et pour mieux appréhender les enjeux de l’entreprise, l’équipe pédagogique d’emlyon business school a travaillé en amont avec Renault Trucks pour définir les objectifs et les thématiques du programme. Les professeurs ont ensuite pu orienter le parcours pédagogique en partant du constat qu’il était nécessaire d’intégrer plus de digital dans la gestion des projets marketing. « Avoir des professeurs qui sont également eux-mêmes entrepreneurs est un vrai plus, à la fois en termes d’écoute et de compréhension des besoins.  La personnalisation du parcours est un facteur clé de réussite puisqu’il il répond à des problématiques propres à chaque organisation : culture managériale, priorités stratégiques, taille du marché, secteur d’activité, etc.

 « Ce dispositif est percutant et fonctionne, car il peut être adapté aux besoins de chaque organisation. Il répond aux enjeux de performance d’une entreprise dans un esprit de co-construction avec le client », précise Laurent Poiret.