Matthieu Poussier, chirurgien et entrepreneur

04 FÉVRIER 2022

Œnologue, chirurgien, consultant auprès de start-ups… Matthieu Poussier cumule les casquettes. Rien n’arrête ce profil fonceur, qui aime questionner sa pratique et innover. Rencontre.

Matthieu participe au programme Executive Master Management General Online proposé par emlyon.

Un brin casse-cou, Matthieu Poussier a passé de nombreuses heures dans les hôpitaux en étant enfant. Mais ce n’est qu’à la vingtaine qu’il s’est décidé à franchir le pas et à s’inscrire à la fac de médecine. “J’étais alors fraîchement diplômé en œnologie. Je revenais du Chili et l’envie de faire médecine m’a rattrapé. À 24 ans, tout était encore possible alors je me suis lancé et je suis devenu chirurgien viscéral”, explique-t-il. Une spécialité exigeante et technique.

 

Gestion de projets et start-up

Matthieu Poussier rejoint d’abord l’hôpital public mais le chirurgien ambitieux se sent rapidement à l’étroit. Il fourmille d’idées et de projets et souhaite ouvrir un service dédié à la prise en charge de l’obésité. Il valide ainsi un Master 2 à l’IFROSS sur le management des risques et de la qualité. “J’ai appris à mettre en place une vraie démarche de gestion de projet. L'hôpital était partant mais cela devenait politique, et prenait plus de temps que prévu. Je m’impatientais”, se rappelle-t-il.

Matthieu Poussier cède alors à l’appel du privé et rejoint la Clinique Kennedy, à Montélimar où il crée un véritable service dédié à cette activité. Il structure une équipe et un réseau de professionnels à l’intérieur et à l’extérieur de la clinique et acquiert une renommée départementale. “Les patients viennent de plus en plus loin. Nous sommes le seul service de ce type sur le territoire montilien et nous avons bonne presse”.

Pour continuer à développer ce projet, Matthieu Poussier cherche un associé. Mais la quête s’avère plus compliquée que prévue. La spécialité est exigeante et contraignante. Le territoire est mal loti en chirurgiens. Quatre ans plus tard, il est toujours seul à la tête de cette initiative. “Après le premier confinement, je me suis vraiment posé la question d’arrêter. Ma solitude me limitait, ma vie personnelle avait pris un tournant et nécessitait une nouvelle organisation, plus flexible. Et un side project prenait de plus en plus d’ampleur : celui de la start-up NUVEE, que je conseille depuis deux ans”, explique Matthieu Poussier.

 

Formation emlyon

En effet, cette start-up, qui propose une solution d’éducation thérapeutique digitalisée pour les patients atteints de maladies chroniques, lui ouvre de nouvelles perspectives. La dimension entrepreneuriale l’attire beaucoup et il éprouve le besoin d’approfondir ses connaissances business pour mieux accompagner la croissance de cette structure. “Je me suis tourné vers emlyon business school et le programme Executive Master Management Général Online. Je cherchais une solution à distance avec un bagage solide sur la finance, la stratégie, le pilotage RH… “, détaille Matthieu Poussier.

Le rythme est dense. “Il ne faut pas sous-estimer la charge de travail, même en format Online. Chaque module demande à être approfondi et cela nécessite un temps important”, tient à souligner Matthieu Poussier.

Cette formation lui apporte de nouvelles compétences utiles pour l’univers start-up mais aussi pour son activité principale. Elle change sa vision de l’organisation mise en place à la clinique. Matthieu Poussier acquiert ainsi une lecture plus fine des enjeux et des interactions de pouvoir et transforme son activité de l’intérieur pour qu’elle corresponde mieux à ses attentes et ses besoins. Il trouve aussi un associé, qui devrait le rejoindre au second semestre 2022. “Je pensais arrêter totalement la chirurgie mais, finalement, ma vision entrepreneuriale me permet d’imaginer les choses différemment”, précise-t-il. Il consacre ainsi 25 à 30% de son temps à la start-up NUVEE et prépare l’arrivée de son associé sur l’activité de chirurgie bariatrique. Il aimerait, avec ce dernier, investir dans des technologiesinnovantes, au service de l’amélioration de la qualité des soins.