Hugo Excoffier : le portrait de « pilote de la transition »

19 SEPTEMBRE 2018

Manager de transition et de projet à son compte, Hugo Excoffier mène sa carrière avec une idée bien précise, celle d’être en avance sur son temps. Alors, en voyant la place prise par le digital et les bouleversements que cela implique pour les entreprises, il a choisi de se spécialiser pour les accompagner. Rencontre.

Hugo Excoiffier photo-min

Hugo Excoffier a une vie professionnelle organisée autour de la conduite de projets. D’abord comme salarié, où ses fonctions étaient orientées sur la réalisation de missions : auditeur interne en entreprises (Carrefour, Casino) et consultant chez Ernst & Young. Puis comme Directeur administratif et financier (DAF) pour une filiale du groupe Casino avec la transformation du modèle de la centrale d’achat internationale. Et lorsqu’on lui demande de créer le service de contrôle de gestion de Franprix et Leader Price en France, il est encore question d’une mission. « Finalement, dans chacun de mes métiers, j’avais un objectif concret à remplir dans le cadre d’une gestion de projet ultra-pragmatique avec un résultat à atteindre. C’est cela qui me plaisait, pas la routine de la fonction », raconte Hugo Excoffier.

 

Une indépendance choisie

 De ces expériences né une idée : pourquoi ne pas réaliser ces missions à son compte et dans une relation directe avec des entreprises clientes ? Cet aventurier décide à 39 ans de se lancer en solo dans une activité qui est gérée, jusque-là, essentiellement par les cabinets de management de transition, notamment via des missions de restructuring. Hugo Excoffier prend le contre-pied et décide de travailler en direct pour les entreprises, sans intermédiaire, et de réaliser des missions de développement et non de restructuration.

Nous sommes alors en 2009 et la crise est là. Les entreprises serrent les budgets et veulent une relation plus directe et plus opérationnelle avec les intervenants extérieurs. « J’ai fait le pari que les entreprises auraient besoin de personnes qui interviennent ponctuellement pour une mission, que ce serait la fin d’un monde binaire avec d’un côté le salariat et de l’autre le consulting. L’idée était d’être une sorte d’aide de camp, une ressource interne mais externalisée. Une personne qui va au-delà du conseil en produisant pour ses clients », explique-t-il. Marié et père de trois enfants, il y voit également l’opportunité de mieux gérer son emploi du temps et de s’investir dans les projets de transformation auxquels il croit.

 

Une logique de partage

Très vite, ses contacts lui confient ses premiers challenges en mission de transition : la création d’une centrale d’achat, la refonte d’un modèle d’offre commerciale, plusieurs postes de Directeur Financier, des directions générales et, bien sûr, des directions de projets de transformation. Des missions qui durent généralement entre trois mois et deux ans, lui conférant une place particulière dans les structures qu’il rejoint. « Je ne m’inscris jamais dans une sorte de routine où je répéterais mes gammes. Je n’ai pas d’histoire, ni d’avenir dans ces entreprises donc aucun historique relationnel ni aucune carrière à gérer. L’important, c’est le résultat », confie celui qui travaille essentiellement avec des entreprises de distribution, d’agro-alimentaire et de services.

 

Désireux de prendre encore un temps d’avance sur son temps, Hugo Excoffier a décidé il y a deux ans de suivre le programme certifiant Transformation digitale des organisations (TDO) à emlyon business school. « Je voulais avoir une réflexion avancée à proposer à mes clients et pas seulement recracher des acquis scolaires. La formation était à 360° avec des acteurs qui travaillent sur cette transition numérique, puis d’autres plus axés sur des enjeux d’évolution des cultures. Nous étions dans une logique de partage et non dans quelque chose de dogmatique », se remémore-t-il aujourd’hui.

 

Une mutation encore longue

 Dès la fin du cursus, il signe un contrat, qui court encore aujourd’hui, avec Terrena. Au sein de ce groupe qui prône notamment une agriculture plus respectueuse des écosystèmes, il a pour mission de repenser et de mettre en œuvre toute la stratégie de commercialisation auprès des clients agriculteurs et professionnels. L’objectif est simple : faire pivoter la distribution vers un modèle omnicanal. Et ce, en se servant notamment de la data. Sur le plan humain, l’enjeu est d’emmener les équipes vers ce changement. « Je suis là pour définir une cible et mettre en place un groupe avec les équipes internes et des compétences externes », développe Hugo Excoffier. Ce caméléon, comme il se définit lui-même, sait d’ailleurs que la route est encore longue avant de faire évoluer totalement les modes de consommation et assure « apprendre en marchant ». Mais toujours vers l’avant.

 

———

 

Le certificat Transformation digitale des organisations emlyon business school

 

Imaginé en partenariat avec Visiativ, le certificat TDO répond aux problématiques rencontrées par les dirigeants et les cadres face à la révolution numérique. Élaboration d’une stratégie, organisation des actions, management des équipes, compréhension des technologies et des attentes des clients… Les participants identifient les opportunités potentielles en vue de construire l’avenir.

 

La formation compte 112 heures, réparties sur 16 jours. Son ancrage dans l’écosystème économique permet aux inscrits de mettre en pratique leurs apprentissages auprès d’entreprises partenaires, PME, start-up ou grands groupes.