Franck LLORCA, participant au programme FSM (Formation Supérieure pour Managers) Groupama

« Les nombreux cours, échanges et contacts ont été source d’acquisition de connaissances, de remises en questions et de progression.»

franck lorca redim

Les nombreux contacts ont également contribué à nous enrichir, mais aussi à élargir notre vision du groupe, à casser des silos et à construire des ponts entre régions, départements et entités au sein du groupe.

Il y aura un avant et un après FSM. Ce programme nous a fait progresser et grandir, non seulement comme personne et comme professionnel, mais aussi et surtout, comme manager et comme équipe, le tout en prenant davantage racine au sein de notre groupe.

Le programme FSM ?

Le programme était riche et complet. Il couvre à mon sens l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour « dépasser » le manager et grandir en tant que leader en général, mais surtout au sein du groupe.

  • Il est particulièrement bon au niveau des cours, ils réussissent à te faire décoller du terrain pour prendre au moins deux strates de hauteur et aller vers la « Planification Stratégique » puis plus loin encore, vers le « sens ». Puis à redescendre et à remonter au niveau de ses trois « étages » pour t’assurer de la cohérence de l’ensemble.
  • L’essentiel des cours montre la complexité et les interrelations avec d’autres matières. Par exemple, en finance on insiste sur l’importance des KPI au regard des objectifs. Effectivement, les chiffres n’ont vraiment de sens et ne peuvent être utilisés correctement que contextualisés. Un autre exemple, l’Innovation insiste sur l’importance de la vente,...

 

La méthode pédagogique ?

La méthode  est excellente à tous les niveaux :

  • Sur le plan de l’organisation, à commencer par le « bootcamp » où l’on crée les équipes et on les aide à se souder, jusqu’au passage en Comité de direction.
  • Sur le plan de la création, de la consolidation des connaissances et de l’apprentissage de la gestion et de la vie en équipe, c’est très réussit. En effet, toutes les équipes sont composées par des managers habitués à donner des ordres et/ou à être des référents. Il n’est donc pas facile de trouver des terrains d’entente, de lâcher prise. Et pourtant FSM aide à y arriver !
  • La méthode est excellente aussi sur le plan de la pédagogie. Autant l’idée me plaisait, autant j’avais des doutes concernant la faisabilité de l’action learning . Finalement, le résultat a dépassé de loin toutes mes attentes… Cette méthode est plus stimulante, plus enrichissante et permet une bien meilleur compréhension et assimilation des concepts. Puis surtout, elle passe par une mise en place des techniques apprises, constatant ainsi les écueils afin de nous aider à trouver les solutions ou des contournements pour avancer.

 

Les soutiens ?

Nous avons eu aussi de nombreux soutiens durant le programme :

  • l’implication du comité de direction au niveau des sponsors est très importante car elle nous oblige à être à la hauteur.
  • des tuteurs, des directeurs et des experts, qui s’impliquent dans les échanges formels ou informels qui nourrissent nos expériences et notre « parcours » au sein du groupe.

 

L’équipe formation continue emlyon business school ?

Les professeurs étaient de très bons niveaux, et pour la plupart ils sont aussi des professionnels ce qui apporte une vraie valeur ajoutée. Ils évoquaient leurs propres expériences, ce qui fonctionnait ou pas, leurs échecs...ce fut une excellente source de progrès.

La présence d’un coach,  nous a aidé au début à constituer les équipes qui devaient briser des tabous et lever  des barrières pour communiquer franchement et atteindre une bonne dynamique. Son rôle au fil du programme, consistait à continuer d’aviver la flamme au sein des équipes, de les encourager à communiquer sincèrement malgré la distance et le temps qui faisaient obstacle. Il était aussi un fil conducteur et le lien entre les modules. Activateur de moments de baisse de régime,  il nous challengeait lorsque nous croyions avoir trouvé une solution,  puis il la mettait en exergue pour que l’on puisse prendre du recul et avancer.

Et bien sûr la qualité de l’accompagnement de la responsable du projet et de la coordinatrice tout au long du programme.

 

En conclusion ?

Le but ultime du programme n’était pas juste d’apprendre et d’emmagasiner, mais de redistribuer pour que toutes nos équipes et notre entreprise progressent. Avant FSM, je le pratiquais beaucoup, désormais il est intensifié au sein de mon équipe, et  j’ai aussi commencé à l’inculquer dans d’autres départements.

J’arrive également à me détacher plus facilement des réflexions « ressources » pour aller encore plus loin vers le sens. Mes restitutions sont plus imagées, je vais faire « expérimenter » les situations à mes équipes pour rendre mes idées plus concrètes et booster leur adhésion.

Je consacre également moins d’efforts à estomper les points négatifs pour me focaliser encore plus sur les points forts de mes équipes pour qu’elles progressent plus.

Désormais j’ai les outils pour mener à bien un changement radical dans la façon de travailler, qui devrait permettre un gain substantiel de productivité, permettant de mieux gérer notre temps et donc de maîtriser le risque, mais aussi d’améliorer la qualité du service au client…