Transformation digitale : les entreprises n'ont plus le choix

12 NOVEMBRE 2015

" Une entreprise qui tournerait le dos à la transformation digitale est condamnée à disparaître ".

 

C’est le point de vue radical asséné aux dirigeants rassemblés le 6 novembre à l'invitation EMLYON (via sa formation Advanced Management Programme) et d'Acteurs de l’économie-La Tribune. « Transformation digitale : optimisez vos réseaux », tel était le thème de ce débat au cours duquel la transformation n'est pas apparue comme un moyen, mais bien comme un impératif.

" Rien n'échappe au digital. Tous les process de l'entreprise sont concernés. Cela oblige le dirigeant et ses équipes à tout remettre en question, tout retravailler s'ils ne veulent pas être "uberisés" à leur tour. Il leur faut innover ou disparaître. Or, en France, à part les startups, les entreprises sont encore à la traîne en matière digitale." 
Cet appel pressant est lancé par Anthony Bleton-Martin, qui créait, dès 1996, Novius, dont l'objet est précisément d'accompagner les entreprises dans leur transformation digitale. Avec François Scheid, professeur de marchés et innovation à EMLYON, il était l'invité des "Défis du dirigeant", organisé par EMLYON et Acteurs de l'économie-La Tribune le 6 novembre dernier, pour exposer leurs visions de cette transformation, sous la houlette de Bernard Jacquand.

 

Trois milliards de connectés dans le monde

 

Peut-on encore échapper au tout digital, si l'on considère ces chiffres dévoilés par François Scheid : trois milliards d'humain, soit presque la moitié de la population mondiale, sont aujourd'hui connectés, dont 2 milliards uniquement sur smartphones. Dans les pays développés, plus de 80 % de la population est connectée. Au total, quelque 2 milliards d'être humains fréquentent les réseaux sociaux. Et, point important, pour les entreprises en particulier : 81% des consommateurs font confiance à un avis laissé par des internautes qu'ils ne connaissent pas avant d'entamer un acte d'achat.

conference-transformation-digitale

 

"Avec le digital, l'entreprise perd le contrôle. Ce n'est plus elle qui communique en direction de ses clients, via une publicité, par exemple. Ce sont les internautes, clients ou non, qui parlent d'elle"

détaille François Scheid. Dans ce contexte, l'entreprise a tout intérêt à ne pas se laisser déposséder, notamment de son image, et donc à se lancer dans un processus réfléchi et construit de transformation digitale.

 

Si l'étape première réside dans la numérisation de la relation client, le mieux reste d'optimiser sa présence sur les différents réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Linkedin, Instagram.... L'entreprise ne doit pas craindre la transparence. Elle a tout - ou néanmoins beaucoup - à gagner à se dévoiler via une vidéo Youtube, à animer une communauté autour d'une page Facebook, à prouver son expertise au fil de ses publications sur Linkedin, etc., "sous réserve d'avoir une vision. A quoi bon se doter d'une page Facebook si elle ne vit pas" remarque François Scheid.

 

Vous pouvez retrouver l'article Ici