L’intelligence émotionnelle : L’atout des dirigeants et managers

13 MAI 2020

Comprendre ses émotions et les réguler permet d’adapter son comportement et de maintenir son niveau de bien-être, pour soi et pour les autres.

 

christophe haag

Cette capacité renvoie à une forme d’intelligence, dite « émotionnelle », de plus en plus nécessaire et recherchée en entreprise. Pourquoi ? Réponse avec le Dr Christophe Haag, professeur en comportement organisationnel à emlyon business school.

Raisonner à partir de ces émotions, c’est ce que permet l’intelligence émotionnelle. Expressions faciales, inclinaison corporelle, mots choisis … l’émotion s’exprime par plusieurs facteurs et aide chaque individu à comprendre ce qu’il vit et ce que vivent les autres. Il est ainsi possible de s’adapter, de choisir le comportement opportun et de résoudre les problèmes. « Quand on est intelligent émotionnellement, on se sent bien, on réduit son stress, augmente son niveau de bien-être. On est ainsi moins sujet au burn out, on prend de meilleures décisions et on améliore ses qualités relationnelles. Les bénéfices de ces profils en entreprises sont évidents », ajoute le Dr Christophe Haag. Ce spécialiste des émotions s’appuie sur des recherches académiques pour inciter les dirigeants et managers à travailler leur intelligence émotionnelle.

 

Managers et dirigeants, acteurs clés des émotions

 

emlyon_certifIE_3

En effet, managers comme dirigeants sont des agents clés dans la contagion émotionnelle. Exposés, observés, attendus, ils propagent tous les ressentis. S’ils ont un quotient émotionnel élevé, ils diffusent bien-être et épanouissement. Les gens se sentent bien à leurs côtés. Leurs qualités relationnelles sont fortes, ils peuvent s’appuyer sur un réseau dense, loyal et fidèle. « Les gens avec un quotient émotionnel élevé sont une espèce rare : moins de 2% de la population de managers est concerné », précise Christophe Haag.

Au contraire, si leur intelligence émotionnelle est au plus bas, les conséquences sont désastreuses. Le stress s’accentue, les burn out se multiplient, l’engagement des équipes chute. « Ces personnalités pourrissent émotionnellement la vie des autres. Il faut faire en sorte de les éviter », met en garde Christophe Haag. Comment ? En prenant en compte l’intelligence émotionnelle dans son process de recrutement. Elle se mesure très concrètement, grâce à plusieurs outils d’évaluation et notamment le QE-PRO, développé par les Dr Haag et Bellinghausen.

 

Un certificat online pour améliorer son intelligence émotionnelle

 

Heureusement, l’intelligence émotionnelle se travaille et s’améliore. « Rien n’est figé ! » note, plein d’espoir, Christophe Haag. Des exercices et réflexes quotidiens permettent de se reconnecter à ses émotions, à apprendre à mieux les identifier, les nommer, les comprendre et les réguler.

Pour les dirigeants et managers, il est important d’aller plus loin et de se faire accompagner dans ce travail par une formation. emlyon business school propose un certificat online dédié à l’intelligence émotionnelle. Pendant ce certificat, les participants mesurent leur quotient émotionnel et visualisent leur progression tout au long de la formation. C’est d’ailleurs un critère d’évaluation.

Ils se reconnectent à leurs valeurs, comprennent ce qu’est une émotion et ses signaux et acquièrent des outils et stratégies pour mieux les réguler. Ils peuvent également avoir accès à des best practices partagées par des managers et dirigeants émotionnellement intelligents. « Ce certificat peut marquer un vrai changement, notamment pour ceux qui se seraient mentis émotionnellement pendant longtemps », ajoute Christophe Haag.

Le certificat est proposé sur 24 heures, dispensées sur deux mois.

Pour plus d’informations :

 

 

Ingrid Yakouben

Conseillère en formation

+33 (0)4 78 33 78 14

yakouben@eml-executive.com

Stéphanie DESNAIN

Conseillère en formation

+33 (0)4 78 33 70 10

desnain@eml-executive.com