Alexandra de la Fontaine : La passion comme moteur

23 MAI 2018

Alexandra_delafontaine3

Co-dirigeante de Ludocare, Alexandra de la Fontaine a mené sa carrière avec un seul mot d’ordre : la passion. Celle qui voulait être médecin a décidé que l’échec ne serait pas une fin en soi et s’est orientée vers la finance puis l’entrepreneuriat. Rencontre.

 Alexandra de la Fontaine décrit son parcours comme « standard ou presque ». Il se distingue pourtant par une envie forte de travailler dans le milieu médical. La jeune femme se lance alors dans des études de médecine. Deux années éprouvantes de travail acharné qui se soldent par un échec. « Il a fallu se réorienter et je ne pouvais plus faire ce qui me passionnait. J’ai donc privilégié une filière porteuse avec des débouchés : la finance », raconte la dirigeante. Afin d’allier l’utile à l’agréable, elle fait en sorte de travailler dans son secteur de prédilection : le médical et s’expatrie plusieurs années pour de grandes entreprises de l’industrie pharmaceutique. D’abord au Vietnam puis en Malaisie. Au total, elle reste 7 ans en Asie avant de rentrer en Europe.

 

Le goût de l’entrepreneuriat

 Au bout de 15 années d’expériences professionnelles, la question de l’entrepreneuriat se pose. « Quand on ne progresse plus, il faut savoir se créer des opportunités », résume Alexandra de la Fontaine. Elle pense alors racheter une entreprise du type PME et prend la décision de démissionner pour se former. Elle choisit emlyon business school et l’Executive MBA. « J’avais besoin de m’armer, de m’équiper pour ce nouveau projet. J’ai choisi emlyon business school pour son Executive MBA en format fast track, c’est-à-dire à temps plein pendant 10 mois, qui m’a permis de m’impliquer à fond dans ce projet et de mettre toutes les chances de mon côté. Mais aussi pour son contenu, branché start-up et PME, qui me correspondait bien ». En septembre 2015, elle quitte la région parisienne avec mari et enfants et s’installe à Lyon pour suivre la formation et mettre en place son projet. Esprit d’équipe, bienveillance, grande place accordée à l’humain… Elle est séduite par l’état d’esprit de la formation. Alexandra de la Fontaine intègre en même temps une structure d’accompagnement à la reprise d’entreprise et réalise une mission de conseil stratégique pour une société qui avait besoin de se réorienter.

 

La force d’une rencontre

 « J’ai pu acquérir de nombreux enseignements qui me servent quotidiennement aujourd’hui. La structuration financière, la préparation d’une levée de fonds mais aussi savoir rebondir en cas d’échec… », détaille Alexandra de la Fontaine. En parallèle, son projet entrepreneurial évolue. Au Salon des entrepreneurs, elle fait la connaissance d’une jeune structure en création et de ses deux associés : Thierry Basset est pharmacien biologiste et Elodie Loisel, ingénieur. Tous deux travaillent sur un robot au service de l’observance chez les enfants asthmatiques. Baptisé « Joe », il aide les jeunes malades à devenir autonome dans la prise de leur traitement. Il leur rappelle qu’il faut prendre leur médicament et les incite à être assidus par un système de récompense. Ainsi, les risques d’hospitalisation diminuent fortement. Pour Alexandra de la Fontaine, il s’agit d’une évidence : la thématique concerne le milieu médical et les deux associés recherchent une troisième personne pour prendre en charge la partie business, stratégie et finance, ce qui correspond totalement aux compétences d’Alexandra.

 

La société Ludocare a vu le jour en septembre 2017 et est en phase de développement, avec une levée de fonds prévue pour la fin 2018. Joe est actuellement en test chez plusieurs familles. La commercialisation devrait démarrer en 2019 en France et rapidement s’étendre à l’étranger. Le principe pourrait également s’étendre à d’autres maladies chroniques.

 

 

L’Executive MBA en fast-track, une formule innovante

Proposé sur 10 mois, à temps plein, l’Executive MBA emlyon business school en format fast-track s’adresse aux dirigeants et cadres expérimentés qui portent un projet ou cherchent à se challenger en acquérant de nouvelles compétences autour des enjeux business d’aujourd’hui. Cette formule est idéale pour prendre du recul et se concentrer pleinement sur un objectif précis. Elle peut également s’inscrire dans le cadre d’une réorientation professionnelle. Classé 6e mondial pour la progression de carrière par le Financial Times (2017), l’Executive MBA approfondi aussi bien les enjeux business et stratégie, la prise de décision, le management, les data que le développement personnel et la posture.

 

Pour plus d’informations : Safae Aboukaram aboukaram@eml-executive.com